Historique

Histoire de la création de l’AMAP

L’amap (Association Pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) de Riec-sur-Belon a vu le jour en septembre 2016.

Tout à commencer par un petit courriel :

Bonjour,

Je suis adhérente à l’Amap de Quimperlé (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne)

Le principe : moyennant une cotisation annuelle, il s’agit de passer des contrats avec divers producteurs locaux de légumes, pain, confiture, oeufs, poulet, viande porc, pizza, fromage, miel, jus de pomme, cidre

Bref, de quoi faire vivre nos voisins paysans, de quoi remplir nos assiettes de produits de qualité, sans passer par la case supermarché !
Mais voilà il me faut aller à Qlé une fois par semaine pour récupérer mes denrées. Bien sûr cela vaut le déplacement mais à l’heure où nous parlons d’économie d’énergie, de réchauffement climatique, je me dis que ce serait beaucoup mieux si je n’avais à me déplacer que jusqu’au bourg de Riec.

Alors je me suis dit « pourquoi pas créer une Amap à Riec » ?

Avant d’en faire la proposition au maire, et contacter des producteurs, j’aimerais savoir si certains d’entre vous seraient intéressés pour devenir des consom’acteurs.

N’hésitez pas à en parler autour de vous ! Plus on est de fous……

Merci d’avance

Annie-Claude

Suite à ce message, un petit groupe de six personnes motivées a rédigé les statuts et a pris contact avec des producteurs et la mairie pour créer l’association.

Au démarrage, à la première AG au mois d’avril 2016, il y avait 20 personnes, producteurs ou futurs amapiens. En mai, il y avait six amapiens bien motivés, en septembre, le nombre était passé à 42 et en mai 2017, à la seconde AG, nous sommes 53. Un succès fulgurant !

Du côté des producteurs, l’offre s’est diversifiée. Les produits sont nombreux : légumes, laitages et fromages de vache et de chèvre, miel, viandes de bœuf, veau et agneau ainsi que des poulets, pommes, jus de pommes, confitures, pain, brioches, savons au lait de vache, œufs et fruits de saison (qui vont bientôt faire leur apparition). A l’assemblée générale du 25 avril, tout le monde a exprimé sa satisfaction. C’est bon signe pour l’avenir…


CRÉER UNE AMAP

L’AMAP est une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. Son objectif principal est de mettre en lien paysans et consommateurs, afin de créer un partenariat pour permettre aux premiers de vivre de leur production et de pérenniser leur métier, et aux seconds d’acheter à un prix juste des produits d’alimentation de qualité.
Le principe est simple :
• Chaque semaine, l’agriculteur s’engage à livrer à chaque membre de l’AMAP un « panier » .
• Les membres de l’AMAP s’engagent à acheter une partie de la production, sous forme de panier, pendant une durée qui peut aller de six mois à un an (en fonction de la saisonnalité et des types de produits). C ‘est une sécurité pour le producteur compte tenu notamment des aléas naturels.
• Chaque membre acheteur s’implique dans le fonctionnement de l’AMAP et s’engage à participer à des activités communes, comme des visites à la ferme, afin de découvrir notamment les processus de production agricole et la vie de l’agriculteur.

 

Pourquoi créer ou adhérer à une AMAP ?

• Encourager le monde paysan et un agriculteur en particulier car vous

• privilégiez leurs produits plutôt que ceux vendus par l’industrie agro-alimentaire.
• Favoriser la qualité alimentaire car la Charte des AMAP demande à l’agriculteur de cultiver sans pesticides et sans engrais chimiques.
• Valoriser les produits du terroir et la diversité alimentaire car l’agriculture bio favorise les variétés locales et rustiques. Elle propose à notre curiosité des fruits et des légumes oubliés (panais, rutabaga, topinambour), des céréales et des légumineuses (épeautre, millet, lentilles blondes) disparues du monde du « manger conventionnel ».
• Maintenir les emplois et d’en créer de nouveaux car en consommant des produits issus de circuits courts vous dynamisez l’économie locale.
• Proposer un prix juste et sans dépendance vis-à-vis de la grande distribution. En effet, du fait de l’absence d’emballage, de gâchis et d’intermédiaire, l’agriculture peut dégager un revenu décent, tout en appliquant un prix abordable.

Pour l’adhérent, cela lui permet de :

• Se réapproprier l’acte de se nourrir : être informé de l’origine des produits, de la façon dont ils sont cultivés ou fabriqués et en quelle saison. Mais aussi, découvrir des variétés de fruits et légumes moins standardisés, apprendre la vraie valeur des aliments et du travail de l’agriculteur, et au final, les acheter à un prix juste.
• Faire acte de solidarité avec le monde paysan et un agriculteur en particulier.
• Sortir du rôle de simple consommateur et devenir acteur. Être adhérent à une AMAP signifie participer à la vie de l’association : se relayer pour la réception des paniers, organiser avec l’agriculteur des rencontres, des visites de la ferme…
• Consommer local et durable pour encourager l’autosuffisance alimentaire, éviter les nuisances liées au transport ou encore au surplus d’emballages.
• Prendre soin de sa santé : les aliments doivent être produits avec peu ou pas d’intrants chimiques de synthèse (engrais, pesticides). Souvent d’ailleurs, les agriculteurs membres d’une AMAP produisent bio ou tendent vers une production bio. De plus, fruits et légumes peuvent être consommés plus frais du fait de la proximité du lieu de culture (ce qui préserve leurs qualités nutritives).
• Un prix des denrées juste et transparent, qui est le résultat des charges de production, y compris la rémunération du travail, divisées par le nombre d’abonnés à la ferme (les familles « s’abonnent » en effet à une part de la récolte). Il ne dépend donc pas de l’offre et de la demande, est indépendant du cours officiel des denrées et des rendements à l’hectare. En cela, il est une alternative à l’économie de marché dominante.

Pour l’agriculteur, cela lui permet de :

• Pérenniser son emploi et vivre dignement de son travail sans être dépendant de la grande distribution, ni malmené par ses exigences exorbitantes.
• Se libérer des soucis de commercialisation. Il retrouve ainsi la possibilité de pratiquer une agriculture écologique, de choisir librement ses semences, d’expérimenter et d’innover.
• Redevenir un acteur social reconnu pour ses compétences et son rôle dans la société. Il peut renouer avec la notion de transmission de son métier et des savoir-faire liés à la terre.
• Créer et multiplier l’emploi. En effet, l’agriculture bio ou paysanne est créatrice d’emplois : un agriculteur pour 2 hectares contre un pour 80 ha en agriculture conventionnelle.
Créer ou adhérer à une AMAP est donc un acte politique (choix d’un mode de production alternatif), social (on favorise le petit producteur plutôt que l’industrie agroalimentaire), environnemental et sanitaire (moins de transports, moins de produits chimiques).


Ils témoignent

 “Je suis à l’AMAP pour consommer des produits bio et locaux de qualité et de grande fraîcheur et pour assurer aux producteurs locaux des ventes régulières et aussi pour entretenir des échanges sympathiques entre producteurs et Amapiens ! ”

“Je suis à l’AMAP pour consommer local et aider les producteur pour les ventes. Après 10 ans d’AMAP à lanester, je suis heureuse d’avoir une AMAP à Riec. ”

“Nous sommes à l’AMAP pour avoir des légumes bio de saison et locaux et pour rencontrer et échanger.”

“Nous venons à l’AMAP de Riec car nous pouvons consommer des bons produits, échanger avec les artisans et rencontrer d’autres personnes. Tisser du lien… ”

“Nous sommes à l’AMAP pour avoir des bons produits mais aussi pour montrer que c’est possible de se nourrir sainement grâce à nos agriculteurs locaux, sans aller chercher des choses au bout du monde ! Tout le monde ne s’en porte que mieux ! Merci à ceux qui ont eu cette super idée ! ”